RSS

Les chroniques de Dementia et de Lisa Mc Livre

02 Août

Je n’ai relayé ici qu’un extrait concernant la chronique de Mission Azerty par Démie et Lisa.

mais sachez qu’en suivant le lien ci-dessous, c’est un dossier ultra complet que ces deux miss vous ont concocté.

http://leschroniquesdedementia.blogspot.fr/2013/01/focus-on-la-societe-et-angela-behelle.html

La chronique de Lisa McLivres :

J’avais beaucoup aimé le premier tome Qui de nous deux? Dans son ensemble, malgré quelques scènes très poussées qui rangeaient ce livre dans le compartiment des livres pour public AVERTI – et qui il faut quand même le dire m’ont mis parfois assez mal à l’aise – c’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai démarré le tome 2 en espérant y trouver ce que je cherche dans la littérature érotique.
Alors que le tome 1 était vraiment dans le thème de la domination, de la supériorité, de la violence même et de l’extrême, ici on est plus dans un « chemin initiatique ». On a une héroïne qui démarre comme Madame Tout le monde (ça se dit ça ?) et va progressivement prendre elle-même les rênes de sa vie sexuelle entourée d’experts en la matière qui vont la guider. C’est en quelque sorte un roman d’apprentissage où le sexe n’est plus une addiction, un moyen de presque se dépasser pour soi, pour l’autre, ici le sexe devient un outil de manipulation et Mina va l’apprendre de la « main » d’experts. 
Ici point de BDSM (celles qui sont frileuses de ce genre seront ravies !), tout n’est que sensualité, les scènes de sexe sont moins nombreuses mais plus voluptueuses, plus caressantes et avec une touche de voyeurisme qui réveille nos fantasmes les plus primaires!

La chronique de Dementia :

En route pour ce tome 2 qui sera qualifié de Soft par ceux qui auront lu le premier ! Ayant beaucoup apprécié Qui de nous deux, ma très chère Lisa m’avait conseillé d’attendre un peu avant de lire la suite, histoire de faire retomber un peu les sensations que j’avais eu, et pour, par conséquent, ne pas être déçue. Grand bien lui en a pris, puisque j’ai pu aborder ce second livre la tête libérée de la tornade Alexis-Micky.

Découvrons à présent la future membre de la société : Hermine Dalambray. Étudiante en journalisme, Hermine, qui préfère se faire appeler Mina en référence à Bram Stoker, vit à Paris dans ce que l’on pourrait appeler un taudis.

Elle est à la recherche d’un emploi qui lui permettrait de continuer à être autonome et ainsi de ne pas avoir à être un fardeau pour ses parents. Heureusement, même si elle a son esprit d’indépendance, elle peut compter sur le soutien de ses proches. C’est ainsi que grâce à sa tante, elle décroche un entretien avec Paul Peyriac, grand magnat de l’édition.

Sur ce livre, je n’ai pas envie de trop vous en raconter. C’est un tome poignant et Angela Behelle a su me mettre le doute quant au devenir de Mina. J’étais perdue ! Pas dans le sens où je ne comprenais pas l’histoire. Non, dans le sens où je n’arrivais pas à savoir réellement dans les bras de qui Mina allait terminer son parcours initiatique.

Le professeur n’est pas forcément celui qu’il paraît… Et le marionnettiste non plus…

la suite sur :

http://leschroniquesdedementia.blogspot.fr/2013/01/focus-on-la-societe-et-angela-behelle.html

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 2 août 2013 dans Chroniques

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :