RSS

« Sur la gamme » vu par Coraline, du Boudoir écarlate

16 Fév

Encore une fois, Coraline est au rendez-vous de ma série.

L’avis de Coraline : 

Lalie Hubert, une jeune enseignante, est embauchée par Samuel Florent, un virtuose du piano, pour s’occuper de sa fille, Manon. C’est ainsi que la jeune femme passe quasiment tout son temps dans cette grande demeure en Normandie. Accompagnée par les douces notes musicales de Mendelssohn, Lalie est irrémédiablement envoûtée par la mélodie, mais aussi par son interprète. Elle trouble néanmoins l’artiste ombrageux, il la fuit et refuse tout contact. Lalie comprend bien qu’il est tel un fauve, sauvage et hargneux, et que pour l’approcher, il ne faut en aucun cas le brusquer. Surtout lorsqu’il sort enfin de sa tanière, et que la Société et Alexis interviennent…Lalie tombe très vite sous le charme de Samuel et de sa fille, la sensible et pétillante Manon. Un lien très fort se crée d’ailleurs avec cette dernière, c’est beau et émouvant. Cette femme nous paraît au départ très attentionnée, douce, naïve et toute innocente. Mais il ne faut jamais se fier aux apparences. En effet, on la découvre petit à petit, elle nous dévoile alors sa vraie personnalité, sa vie, son incroyable évolution, et quelle belle surprise ! Lalie est en fait une jeune femme intelligente, très sûre d’elle, qui tient tête même aux personnages les plus intimidants. Dans l’intimité, elle s’avère être une amante redoutable, qui s’assume totalement. Si on ne lui apporte pas ce dont elle a besoin, elle n’hésite pas à prendre les choses en main, afin d’obtenir le rythme et le résultat escomptés. Son désir pour Samuel la tenaille, la foudroie, elle le veut, et est déterminée à tout faire pour qu’il cède. Toutefois, Lalie est une femme qui sait où et comment prendre du plaisir, et ne va pas se gêner pour le faire, avec ou sans lui.

Samuel se rend bien compte qu’il est un homme difficile à vivre, exigeant et très autoritaire. On ne sait pas à qui on a vraiment affaire. Il est tellement perturbant, changeant et énigmatique, parfois  provocateur et même blessant. Il nous captive, nous fait frissonner de la tête aux pieds. Il a clairement dès le départ notre totale attention. On succombe, et on comprend parfaitement pourquoi Lalie le veut. On apprend alors tout doucement à le connaître, à le comprendre, en tant que père et amant. C’est fascinant, car son histoire et ses blessures nous touchent. Mais c’est aussi un père très attentionné et protecteur. Les sourires et les élans de tendresse avec sa fille nous font fondre littéralement. Ces moments complices apportent justement au lecteur une vraie bouffée d’air qui est nécessaire tant le récit est intense, cela nous apaise.

On retrouve dans ce septième tome le ton provocateur du premier. Angela Behelle nous offre une histoire érotique très chaude, sans tabou, sans complexe, avec une sexualité et une très belle sensualité, totalement débridée et libérée. Le lecteur est complètement submergé par les ressentis des personnages, grâce à des descriptions exceptionnelles, on les vit à travers notre héroïne. Elle fait monter la pression, avec cette ambiance chargée de luxure, comme elle sait si bien le faire. Certains lecteurs seront donc follement émoustillés à lire certaines scènes très osées et sulfureuses, découvriront peut-être aussi des choses qu’ils ignoraient. Tandis que d’autres risquent d’être étonnés, voire troublés. C’est pour un public averti, et quand on connaît un tant soit peu l’auteure et la série, on ne s’en offusque pas, bien au contraire. Angela Behelle aborde les scènes de sexe avec une plume toujours aussi belle et envoûtante. Elle ne survole pas les scènes, tout nous est décrit avec précision et justesse. Certains aspects du récit auraient pu paraître glauques, mais le tout est amené avec brio pour qu’ils ne le soient pas. Cela fait partie de l’évolution des personnages, mais aussi de l’histoire, c’est essentiel, et on ne peut que féliciter l’auteure pour la tournure des événements. Le tout est mené avec une grande dextérité. De plus une intrigue supplémentaire se met doucement en place, et on a vraiment hâte d’en savoir plus. C’est franchement bien joué, bravo !

Je vous invite à découvrir la suite de sa chronique du tome 7, mais aussi tous ses précédents avis en vous rendant sur le site de ce forum :

http://www.auboudoirecarlate.com/t8382-behelle-angela-la-societe-tome-7-sur-la-gamme#76790

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 16 février 2014 dans Chroniques

 

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :