RSS

Archives de Catégorie: Chroniques

retrouvez ici quelques chroniques dont je me fais l’écho

NB5

Vous trouverez ici des extraits de quelques chroniques.

Pour en lire l’intégralité, je vous invite à vous rendre sur les sites qui les ont publiées.

Vous pouvez retrouver une très grande partie des avis publiés (ceux dont j’ai connaissance, du moins !) en visitant mon album pinterest :

http://pinterest.com/angelabehelle/revue-de-presse/

Je profite de cette occasion pour en remercier chaleureusement tous(tes) leurs auteur(e)s.

Angela

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 août 2013 dans Chroniques

 

L’inspiration d’Emeraude entre au Boudoir écarlate

« Le Boudoir écarlate » … avouons-le, avec un nom pareil, nous étions faits pour nous rencontrer.

C’est en la personne de Coraline que j’ai trouvé l’une de mes chroniqueuses les plus enthousiastes et je profite ici de l’occasion pour l’en remercier personnellement.

 » Un livre plein d’érotisme pur et tout en audace, qui nous ouvre les portes de l’Écarlate et de tous ses délices…Emmanuelle Travel a intégré le réseau de la Société par le biais des éditions De la nuit bleue. Elle écrit ainsi des livres érotiques sous le pseudonyme d’Émeraude et vient de finir son dernier manuscrit. Mais Paul Peyrac la contacte et lui ordonne de le rejoindre à son bureau, et son ton sévère n’augure rien de bon. En se rendant sur place elle va tomber littéralement sur le très célèbre écrivain Yann Le Breuil, une brève rencontre, mais face à ce genre d’homme, on ne reste pas insensible. Cependant l’heure est venue de rentrer dans le bureau de Monsieur Peyrac. Et celui-ci ne va pas y aller par quatre chemins : son dernier manuscrit pose un problème, il est très déçu, et déclare sans le moindre ménagement qu’il s’est ennuyé à mourir en le lisant. Il faut qu’elle ose d’avantage, il faut qu’elle aille plus loin pour capter encore plus le lecteur. Et quand Paul Peyrac veut quelque chose, il l’obtient. Il est temps qu’Emy prenne soin d’elle et qu’elle aille chercher l’inspiration ailleurs. Et qui d’autre mieux que la Société est en mesure de lui donner ce dont elle a besoin. C’est donc dans le nouveau club Écarlate qu’elle va se rendre timidement, et s’y retrouver sous l’aile de Yann…Emy est douce, belle, naturellement sensuelle. Mais sa vie n’est pas très joyeuse et elle est très clairement insatisfaite tant sexuellement que sentimentalement. Yann est un provocateur, c’est un homme insaisissable et totalement libertin. Ce n’est pas un enfant de chœur et il le fait comprendre dès le départ.
Les  dialogues entre Emy et Yann sont intelligents, il y a une certaine complicité entre eux que j’ai adoré malgré la distance qu’ils s’imposent. Ils m’ont fait sourire, parfois même éclater de rire face à des situations plutôt cocasses et glauques. Ce sont deux personnalités à l’opposé l’une de l’autre et quand ils sont ensemble c’est explosif, très passionnel. Leur relation et les scènes de sexe sont pleines d’audace, de sensualité, d’érotisme et de plaisirs bruts. Elles nous mettent les nerfs à vifs, font monter la température de la pièce et du corps.
….
La suite sur :
 
2 Commentaires

Publié par le 2 août 2013 dans Chroniques

 

Étiquettes : , ,

La Société Tome 5 par Lisa Mc Livres

Lisa Mc Livres est une chroniqueuse de talent, je le dis, je le répète.

Si elle estime que ma plume s’affine au fil des tomes, je remarque (terme objectif) pour ma part, que la sienne en fait tout autant au fil des articles qu’elle publie. Son avis est toujours pertinent et argumenté sans pour autant dévoiler l’intrigue des romans qu’elle passe à la moulinette. Son écriture est pétillante, intelligente et précise en ce sens qu’elle ne s’égare jamais dans des détails sans importance. A l’inverse, je vous invite à porter attention à ceux qu’elle vous livre volontairement, rien n’est dénué d’intérêt dans ce qu’elle relève.

Il m’était bien entendu impossible de me passer de ses commentaires avisés et je dois dire que j’attendais avec une grande impatience de savoir ce qu’elle avait pensé de ce 5e opus.

L’inspiration d’Émeraude, Tome 5 de La Société d’Angela Behelle

4e624-emeraude

La chronique de Lisa McLivres:

Chaque tome de la Société nous surprend et nous transporte d’une façon différente.

Avec L’Inspiration d’Émeraude, j’ai été ensorcelée, ou envoûtée, je ne sais pas quel terme est le plus exact pour décrire ce que cette lecture a produit sur moi. Une sensation d’extase, de Nirvana qui m’a subjuguée et m’a transportée sur un petit nuage cotonneux d’un rouge flamboyant où des sons, des images et des odeurs me restent encore en mémoire.

Enfilez votre tenue la plus audacieuse, parez-vous d’un loup qui préservera votre anonymat et attisera la curiosité et venez pousser les portes de l’Écarlate…

Vous allez pénétrer dans un lieu très fermé, réservé à des initiés, dans un monde de volupté, de voyeurisme et de libertinage qui fera bouillir d’excitation le sang dans vos veines ! Déambuler dans L’Écarlate c’est assister à la débauche la plus sensuelle, à l’échangisme le plus primitif et à la découverte la plus érotique que vous ayez jamais lu ! Le style est si parfait, si pointilleux, si captivant que l’on se sent voyeur à notre tour, avec cette excitante curiosité et ce regard indiscret mais fasciné qui nous transporte directement derrière l’une de ces portes où les scènes les plus aguichantes et libertines qui soient sont en train de se dérouler.

Grâce à la plume d’Angela Behelle, qui s’est encore affinée (jusqu’où ira-t-elle !!), vous  voyagerez dans un monde de luxure et de découvertes sensuelles au-delà de vos espérances.

Mais avant de vous plonger dans la débauche la plus totale et la plus délicieuse qui soit en même temps, voici comment tout commence pour notre héroïne. La jeune écrivain Emmanuelle Travel, que tous nomment Émi et dont le nom de plume est Émeraude, est convoquée par son éditeur – et non moins célèbre – Paul Peyriac (cf Tome 2), pour discuter de son dernier manuscrit. En effet, son dernier roman érotique n’est pas à la hauteur des attentes de ce dernier car il le juge trop « sage ». Elle est donc sommée de le réécrire ! Et c’est dans ces bureaux même qu’elle va rencontrer le célèbre écrivain, ténébreux et provocateur, Yann Le Breuil. De cette rencontre vont découler une relation à la passion dévorante ainsi qu’une collaboration inattendue.

Yann est un libertin, il ne s’en cache pas d’ailleurs, et c’est derrière les portes de L’Écarlate  (cf Tome 4) qu’il s’adonne à son passe-temps favori. D’une impudence et d’un goût certain pour les plaisirs de la chair, il va d’abord servir de guide à Émi en lui faisant découvrir les couloirs de ce lieu de luxure pour ensuite y jouir pleinement en étant son partenaire.

L’auteure nous immerge dans le monde du libertinage d’une étonnante façon sans enlever de la beauté à la relation des deux héros. Le but ultime est à chaque fois de procurer du plaisir à l’autre. Mais attention, parfois la frontière entre le paradis des sens et l’enfer des émotions est très mince…

Les personnages sont totalement prisonniers de leurs désirs et de leur plaisir, et avec cette dépendance qui s’accroît au fil des pages  l’on se demande jusqu’où cela va  les mener.

Ce nouvel épisode de La Société est à mon avis plus sulfureux, plus charnel et plus ensorcelant encore que les autres tant nos sens sont aiguisés grâce au style de l’auteure et parce qu’il nous ouvre les portes d’un monde secret, inavouable et tentateur. Les mots sont crus, les scènes explicites et les pratiques évoquées peuvent fasciner ou révulser mais j’ai eu l’impression de flotter dans un monde si voluptueux et ensorceleur de la première à la dernière ligne que le plaisir de la lecture est indéniable.

la suite sur :

http://booksweetbooks.over-blog.com/l-inspiration-d-%C3%89meraude-tome-5-de-la-soci%C3%A9t%C3%A9-d-angela-behelle

 
2 Commentaires

Publié par le 2 août 2013 dans Chroniques

 

Étiquettes : , , ,

La Société tome 5 – par Amandine Godey

 

Critique – La Société – Tome 5 : L’inspiration d’Emeraude écrit par Angela Behelle

Jeudi, 06 Juin 2013 12:30 | Écrit par Amandine |

https://angelabehelle.files.wordpress.com/2013/05/tome5.jpg

 Lire le tome 5 de La société en juin alors qu’il ne sort qu’en septembre, il ne fallait pas me le dire deux fois. C’est ma série érotique préférée. J’avais beaucoup d’attentes pour ce tome-ci, et elles ont été comblées au-delà de mes espérances.

Je ne vais pas vous en faire le résumé car la quatrième de couverture en dévoile bien assez et je ne voudrais pas vous spoiler.

On se dit à chaque tome qu’Angela Behelle, nous fait tout vivre, nous montre tout, qu’elle est allée au bout de son inspiration mais en lisant L’inspiration d’Emeraude, on se dit qu’on ne pouvait pas se tromper plus fortement. Dans les tomes précédents, la Société était très présente dans l’intrigue, on sentait qu’elle allait passer par des moments cruciaux, et ici l’auteure va nous frustrer au possible en mettant un frein aux révélations est aux démonstrations des dessous de la Société. Ce tome-ci est une sorte de transition avant les problèmes sérieux. Ici, il s’agit d’une pure histoire érotique et d’un jeu de séduction sans limite, de la découverte du plaisir sous toutes ses formes. On va donc plonger au cœur de l’exploration des délices du sexe pour le plus grand plaisir des lecteurs. En effet, si il y avait une chose que j’avais à reprocher au trois tomes précédents, c’était de ne pas retrouver l’audace dont avait fait preuve l’auteure dans le tome 1. Et ici, on peut dire que l’on est totalement comblé, Angela Behelle ose enfin, elle ose nous fait découvrir les désirs les plus inavouables et tous nos sens vont être sollicités.

 
2 Commentaires

Publié par le 7 juin 2013 dans Chroniques

 

Étiquettes : , , , ,

la Société T5 par Nancy Marçon

J’ai confié mon précieux tome 5 à une chroniqueuse de talent, une plume aiguisée et une lectrice avisée.

je vous invite aussi à mettre son blog dans vos favoris… ses chroniques de lectures sont plus que judicieuses.

Sans conteste, le meilleur opus de La Société !
Ce cinquième tome va enthousiasmer plus d’un lecteur… que dis-je ? Chambouler les sens, donner une vigueur certaine à l’entre-jambe de la gente masculine et faire mouiller la petite culotte de bien des dames. Préparez-vous car les portes de L’Écarlate vont toutes grandes s’ouvrir pour vous en mettre plein les mirettes, échauffer les sangs et baver d’envie. Oui, oui d’envie ! Vous allez jouer les voyeurs, rentrer à pas feutrés dans le monde de la concupiscence.
La luxure dans toute sa réalité ! Mais au-delà de ces visions lascives, qui vous brûleront les rétines, c’est au cœur de la vie de deux auteurs que vous allez affronter toute cette volupté.
D’un côté, Emie, Emeraude de son pseudonyme de plume. Jeune écrivaine qui publie des romans érotiques. Casanière, enfermée dans un routine qui manque cruellement de dynamisme, elle se complait à vivre avec un homme qui profite d’elle et la trompe. Cela s’en ressent dans ses derniers écrits qui souffrent d’un manque cruel d’imagination. La voici donc convoquée aux éditions Peyriac où on la somme de retravailler son roman sous peine de s’en voir refuser la parution. Elle ne le sait pas encore mais cet entretient, ce jour-là, va changer sa vie…
D’un autre côté, nous avons Yann Le Breuil, auteur à succès, charismatique, sûr de lui, le genre d’homme à manger du lion et auquel il ne vaut mieux pas se frotter. Solitaire endurci, égocentrique et, de surcroît, libertin, il est tout l’opposé de la jeune femme. Et pourtant, leur rencontre au sein des éditions Peyriac, sans que personne ne puisse le prédire, va chambouler leurs vies.
Je n’en dis pas plus, ce jeu de séduction et d’abandon est un délice…
Que dire ! Et, surtout comment le dire…
Angela ? Oui, toi ! Je t’aime Image IPB. Voilà, première déclaration publique en pleine chronique.

La suite sur :

http://kamanaschronicles.blogspot.fr/search/label/La%20Soci%C3%A9t%C3%A9

 
Poster un commentaire

Publié par le 4 juin 2013 dans Chroniques

 

Étiquettes : , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :