RSS

Archives de Tag: la Société

Le premier pas – l’avis du Boudoir écarlate.

Bonjour chers tous, 

J’ai confié mon petit dernier à Coraline du Boudoir écarlate. 

Voici un extrait de sa chronique et j’en profite pour la remercier.

 » Frédérique Roche, jeune et brillante kinésithérapeute de vingt-six ans, ne s’attendait pas à recevoir Alexis Duviel dans le cabinet. Après quelques taquineries sur sa fréquentation à l’Ecarlate, le club très privé de la Société dont il est le vice-président, ce dernier lui annonce qu’il besoin d’elle pour son ami Stéphane, blessé lors d’un accident de voiture. En effet huit mois ont passé depuis mais ce jeune homme refuse tout soin et reste cloué sur son fauteuil roulant. Connaissant le caractère de Fred, elle est sans nul doute la plus apte à s’occuper de lui, et ce dans bien des domaines. En outre si elle arrive à le remettre sur pied elle se verra être l’heureuse propriétaire du bolide qu’elle souhaite. Il n’en fallait pas moins pour exciter et attiser la curiosité de la jeune femme. Cela vaut bien le sacrifice de rester en Provence loin de Paris et de ses petits plaisirs pendant quelques temps. Mais Fred est loin, très loin, de se douter de ce qu’il l’attend…

Frédérique est le genre d’héroïne que l’on voit peu dans ce genre littéraire et c’est un vrai plaisir de faire sa connaissance. Dès le début on s’attache à elle car c’est une femme au caractère très affirmée (ouf ! Quel bien cela fait !). Elle provoque, s’impose dès lors qu’il est nécessaire de le faire et ne se laisse pas facilement impressionner. Franche, très directe, indépendante, pleine de vie et libérée de surcroît. Elle aime le sexe, l’argent et les grosses berlines; et tout cela elle l’assume parfaitement. Elle satisfait ses envies comme bon lui ensemble à l’Ecarlate. Mais une certaine lassitude et frustration s’installent dans sa vie et Alexis va justement venir la bouleverser  – comme il sait si bien le faire – avec sa nouvelle mission. Son caractère et sa présence vont alors très fortement irriter Stéphane et ce dernier le lui fait bien comprendre avec sa froideur.
Cet homme est de ceux qui intriguent et subjuguent totalement, mystérieux et charismatique à souhait, il est doté d’une prestance qui séduit. Mais il peut se montrer également têtu – tout comme Fred d’ailleurs -, fuyant et en un mot : Irrésistible. Entre eux c’est explosif, et ils n’hésitent pas à se lancer des piques verbales bien senties et intelligentes (tout simplement exquis à suivre). Pourtant malgré cette réticence, le feu du désir brûle dans les yeux de Stéphane, on sent qu’il résiste tant bien que mal aux charmes de notre délicieuse Fred.
On attend alors avec une certaine fébrilité et impatience quand leurs lèvres se toucheront pour la toute première fois. Comment leur relation et les sentiments vont-ils évoluer ?  Je ne vous en dis pas plus préférant vous laisser l’entière surprise car c’est vraiment très beau à suivre. On suit pas à pas leur rapprochement et tout cela dans une ambiance un peu artistique car Stéphane s’adonne au dessin. Dans ces moments là nous sommes réellement spectateurs, on s’imagine parfaitement les scènes grâce à la plume aiguisée de l’auteure qui nous décrit le tout avec justesse. C’est comme si nous étions un peu aux côtés de Stéphane pour voir ses esquisses et bien d’autres choses encore… 
Cette série érotique se découpe en tomes pairs et impairs. Ces derniers étant plus osés, ce huitième tome est donc moins sulfureux. Les scènes érotiques sont moins nombreuses, plus courtes, mais elles sont toujours d’une incroyable sensualité et font évidement leur petit effet. Ne vous fiez pas aux premières lignes qui ne donnent pas vraiment le ton du récit mais qui vous montre juste comment Frédérique use de son accès à la Société et c’est assez bien vu. Angela Behelle a de la ressource et nous le prouve admirablement bien encore une fois. Elle nous offre une scène inédite entre deux personnages secondaires qui est très bien décrite et qui reste ancrée dans notre esprit. Sans jamais aucune vulgarité et avec douceur nous sommes plongés dans une histoire d’amour délicieuse mais surtout très touchante. « 

La suite de l’article est à consulter sur le site:

 http://www.auboudoirecarlate.com/t9272-behelle-angela-la-societe-tome-8-le-premier-pas

Sur ce, je vous dis à très bientôt pour de plus amples informations et quelques surprises.

Je vous embrasse, tendrement comme toujours.

Angela

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 décembre 2014 dans Chroniques

 

Étiquettes : , , , ,

La Société tome 4 en poche

Bonjour chers tous, 

La voici, la voilà, la nouvelle couverture du tome 4 de la Société.

la-societe4-plat1

 

Sortie officielle le 3 décembre 2014

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 octobre 2014 dans La gardienne de l'Omega

 

Étiquettes : , , ,

La fille du Boudoir inspire Annah

écarlatemai2014

La fille du Boudoir d’Angela Behelle

le boudoir

Encore cet auteur, me direz-vous. Tu n’en as pas marre !

Non, effectivement je ne me lasse pas de son écriture.

Elle apporte une autre image de la femme dans ses romans érotiques.

Elle ne tombe pas dans le niant-niant ou le roman à l’eau de rose.

Ses histoires ne sont ni chastes ou prudes ni vicieuses ou perverses.

Elle appelle un chat un chat et si son héroïne doit se faire sodomiser, elle ne va pas par 4 chemins pour trouver la lune. Elle n’omet pas la violence ni l’ambiguïté des sentiments .

Elle met à l’honneur tout l’éventail de pratiques sexuelles à la portée de tout à chacun pour leur plus grand plaisir.

L’amant est rarement éconduit et se serre sans vergogne du corps de la femme.

Prise de positions différentes de ses confrères :  la femme le choisit et/ou l’assume.

Elle en joue.
C’est elle la sirène et l’homme qui se prend dans les filets. Féministe, je ne crois pas !

Il y a une vraie interaction entre ses personnages. Il est bien question de relations amoureuses.

Elle replace la femme dans sa séduction et le pouvoir qu’elle peut exercer sur les hommes.

La suite de ce très bel article sur le site d’Annah :

http://comment-faire-l-amour.fr/la-fille-du-boudoir-dangela-behelle-roman-erotique/

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 octobre 2014 dans Chroniques

 

Étiquettes : , , ,

Le premier pas – par Evenusia

Attachment-1

Bonjour chers tous  !! 

J’ai confié mon petit dernier au jugement d’Evenusia qui me fait l’honneur de me suivre depuis le début de cette aventure de la Société.

Je vous laisse découvrir ici un extrait de sa chronique.

« Le problème avec les romans de La Société c’est qu’une fois que vous mettez le nez dedans, impossible de les lâcher avant de tourner la dernière page. Ils ont ce côté addictif qui vous empêche d’arrêter votre lecture. Ce tome 8 ne fait pas exception à la règle, bien au contraire. Lorsqu’on confronte Stéphane, beau comme un Dieu, cloué à une chaise roulante, sans aucune volonté d’en sortir et Frédérique, kiné têtue et fougueuse, rien de tel pour obtenir un duo explosif !! On assistera donc pour notre plus grand plaisir à des joutes verbales dignes de véritables duels et ne comptez pas sur Frédérique pour s’apitoyer sur le sort de son patient et lui laisser le dernier mot !! C’est totalement divin. 

Alexis Duivel fait appel aux talents de kiné de Frédérique afin qu’elle remettre sur pied son ami Stéphane, qu’il considère comme son frère. Pour cela il n’hésite pas à mettre, comme il en a l’habitude, les moyens de pression qu’il faut pour la convaincre de mener à bien cette mission. Mais il faudra à cette charmante jeune femme bien plus que ses aptitudes professionnelles pour convaincre Stéphane de faire le premier pas pour sortir de son fauteuil et de sa routine. 

On démarre le roman avec une scène particulièrement osée qui se déroule à l’Ecarlate, ce club très sélect dont seuls les membres de La Société possèdent le droit d’accès. Cela ne donnera toutefois pas le ton du roman qui sera un tome relativement sage, s’agissant du tome 8 et donc chiffre pair de la série (les chiffres impairs étant depuis le début un peu plus sulfureux que les pairs). Entendons-nous bien, cette lecture n’a rien de chaste : on y retrouve de superbes scènes érotiques, un peu de BDSM soft et même une scène particulièrement tendre entre deux hommes, une première en ce qui concerne cette série !

Plus portée à satisfaire ses besoins sexuels avec des aventures d’un soir, Fred ne voit d’abord pas d’un très bon œil d’être coincée au fin fond de la campagne avec un homme superbe mais qui n’a apparemment pas la possibilité de satisfaire son appétit sexuel. Leur liaison va donc prendre le temps de s’installer : nous sommes en Provence, dans une belle propriété avec une piscine, il fait beau et nos deux héros vont apprendre à s’apprécier. Comme tous deux ont un objectif bien précis (que vous découvrirez en temps voulu), ils vont assez rapidement parvenir à un accord. Malgré cette complicité et cette attraction qu’ils ne peuvent ignorer, Stéphane s’évertue à mettre son handicap entre eux et empêche leur relation d’aller plus loin. C’est sans compter sur la ténacité de Frédérique.

C’est très émouvant d’être le témoin de ces échanges, alternant entre douceur et passion. Frédérique met toute sa volonté et sa force de caractère pour tenter de redonner à Stéphane le goût de vivre, de pouvoir marcher et surtout de pouvoir aimer. Nos héros ne nient à aucun moment leur attirance malgré leurs différences et leurs idées préconçues et ça fait du bien de voir la confiance qu’ils ont l’un envers l’autre. 

Le rythme très doux de la narration et la complicité grandissante du couple créent une ambiance rassurante qui nous enveloppe. Et soudain… BOUM !!!!

……

Pour lire l’article dans son intégralité, je vous conseille très fortement d’aller visiter son site qui est, à mon sens, l’un des meilleurs du genre et que je prends personnellement plaisir à parcourir régulièrement :

Les chroniques d’Evenusia

La Société Tome 8 : Le premier pas d’Angela Behelle

Sur ce, je vous embrasse… tendrement comme toujours.

Et je fais une bise toute spéciale à Evenusia pour sa confiance et ses commentaires en Off que j’ai beaucoup appréciés. 

à vite

Angela

 
2 Commentaires

Publié par le 27 septembre 2014 dans Chroniques

 

Étiquettes : , , , ,

Annah

Il y a quelque temps, j’ai reçu un petit mot, très poli, d’une certaine Annah.

La charmante jeune femme se présentait comme une blogueuse « sexuelle » et surtout pas littéraire. Ce qui ne l’empêchait pas de faire part de ses lectures. Très gentiment, elle me demandait la permission de parler de La Société. Je suis allée faire un tour à l’adresse qu’elle m’avait donnée, puis je lui ai donné carte blanche.

J’avoue que je ne m’attendais pas à être accueillie de cette manière au sein de son site.

Annah vient de publier son article. J’en profite pour la remercier très très chaleureusement et vous encourager à aller lui rendre visite.

Cela vous permettra, entre autre, de lire cet article dans son intégralité.

http://comment-faire-l-amour.fr/angela-behelle-auteure-romans-erotiques/

ANGELA BEHELLE, auteure romans érotiques

Faites chanter le coq, je viens de découvrir tout à fait par hasard si tant est qu’on y croie, un nouvel auteur français, en faite, UNE,

Angela Behelle. 

Angela Behelle prêt photo collection privée angela behelle

Vous allez me dire, mais nous la connaissons bien ! Elle a écrit bon nombre de romans.

Excusez mon manque de culture, mesdames.

Je vous l’avoue, je suis tombée dans l’érotisme que très tardivement et si je n’avais pas ouvert le blog, je ne pense pas que j’aurai poussé autant mes recherches sur le sujet.
Ce qui je l’avoue, aurait certainement été une erreur, de ma part.

Depuis que j’ai quitté les auteurs américains érigés comme les spécialistes du genre à grand renfort de campagnes marketing, je me délecte un peu plus à chaque nouvelle découverte européenne.

Nous sommes de nature plus sensuelle et subtile, qualifiées de romantiques invétérées avec qui tout homme qui se respecte voudrait avoir une aventure et pour cause quand on a des auteurs comme Angela Behelle pour entretenir nos fantasmes.

> Nous ne pouvons qu’être fantasques et coquines dans notre sexualité. Merci à vous !

Décrite comme la « 50 nuances Française ». Étonnant ! Étrange de la part d’un journaliste de  qualifier une personne par le nom d’un roman surtout quand ce n’est pas le sien.
Je rebondis dessus, car en faite, même si la comparaison n’est pas très gracieuse et ne rendre pas hommage à son style et à ses intrigues.

Je me range cependant derrière lui, car en faite, ça reprend assez bien les émotions qu’elle va susciter en vous. Pour la couleur, je pencherai vers une gamme de rouge qui sciait plus au ton de l’extase plutôt que le gris.

 

 
1 commentaire

Publié par le 11 août 2014 dans Clin d'oeil

 

Étiquettes : , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :