RSS

Archives de Tag: presse

Érotisme – Angela Behelle, du ebook, au papier, au cinéma

Article original sur : http://www.idboox.com/applis-et-ebooks-adultes/erotisme-angela-behelle-du-ebook-au-papier-au-cinema/

25 mai 2015 ·

behelle

La saga érotique d’Angela Behelle va être adaptée au Cinéma.
C’est une belle histoire, Angela Behelle, auteure publiée chez La Boudonnaye, propose aux lecteurs de la littérature érotique. 

Avec la saga « La société » A. Behelle a su conquérir le cœur et le corps des adeptes du genre.
Puis, sa série a été repérée par les éditions J’ai Lu. Son éditeur a donc signé un partenariat avec cette maison d’édition pour publier le livre au format papier.
Résultat, plus de 70 000 exemplaires ont été vendus.

Le conte de fée continue puisque la série va être portée à l’écran. Eric Porcher de Kap films et Arnaud Kerneguez de Kanibal films distribution, qui étaient à la recherche d’une série qui reflète l’élégance et l’érotisme à la française, un univers qui, selon eux, manque cruellement au paysage audiovisuel français ont repéré ce petit phénomène littéraire et ont décidé de la porter à l’écran.

Chaque opus de cette saga de dix tomes est un véritable roman avec une histoire différente et complète à chaque fois. Tous les personnages des différents tomes sont reliés par un même symbole d’appartenance, un badge en forme d’Omega et appartiennent à une société secrète. Derrière leurs histoires, sont dévoilés la création et le fonctionnement de cette société, inspirée de faits réels.

En attendant de découvrir La Société au cinéma, vous pouvez télécharger les livres en numérique ou découvrir le livre papier.

 
8 Commentaires

Publié par le 25 mai 2015 dans Presse

 

Étiquettes : , , ,

Actualitté, le 3 avril 2013

Satinée et gratinée : Angela Behelle signe chez J’ai lu

Le Fifty Shades of Grey français !!

Cela ressemble à une première dans le monde de l’édition : un titre vendu au format numérique exclusivement, par un éditeur pure-player, dont les droits d’exploitation en version poche sont désormais confiés à une maison d’édition de grande ampleur. Les éditions La Bourdonnaye ont en effet confié à J’ai Lu les titres d’Angela Behelle !

Florence Lottin, responsable éditoriale chez J’ai Lu et Benoît de la Bourdonnaye

Du numérique au poche, ce 3 avril, Benoît de la Bourdonnaye, éditeur d’Angela Behelle, vient de signer « un accord pour la publication au format poche de la série érotique à succès La société, de l’auteure Angela Behelle », explique-t-il dans un communiqué.

« Le numérique permet de faire émerger des auteurs qui ne sont que peu ou pas connus. Mais une fois que les lecteurs se multiplient et que l’on a mis en place l’Impression à la Demande, alors il faut trouver les partenaires nécessaires pour trouver un nouveau lectorat », précise Benoît de la Bourdonnaye.

L’ouvrage était déjà commercialisé en grand format, via l’Impression à la Demande, et va désormais profiter d’une édition poche, permettant une diffusion plus large. « C’est une opération particulièrement intéressante pour une série, mais cela pourrait également fonctionner avec un titre en one shot. Ce partenariat offre un gage de sécurité à l’éditeur poche : il suffit de regarder sur le net la notoriété déjà acquise d’Angela Behelle. Plusieurs milliers d’exemplaires ont été vendus, en numérique uniquement », nous explique l’éditeur.

Le 4e tome sortira aux format numérique et papier grand format le 15 mai 2013 et la série prévoit 10 tomes au total. En septembre 2013, le premier tome de la série, Qui de nous deux ? , sortira au format Poche aux éditions J’ai lu.

En outre, la série est actuellement en cours de traduction, pour une commercialisation en version numérique, qui arrivera. « Notre politique de développement, avec la traduction, c’est de mettre sur les plateformes le titre en vente, et d’assurer une visibilité plus grande encore à notre auteure. Le titre sera disponible en septembre prochain en ebook et Impression à la Demande, traduit en anglais. »

Pour Florence Lottin, de J’ai Lu, ce livre « est un authentique talent, une auteure française, que l’on n’attendrait pas sur ce genre littéraire et qui déjoue toutes les difficultés et les obstacles du domaine ». Bien entendu, souligne-t-elle, c’est aussi un avantage que de travailler avec un éditeur numérique.

 « Le format poche et le numérique sont complémentaires. On parle de cannibalisation, mais c’est avant tout une approche de la lecture populaire, grand public, un autre mode de lecture, et surtout, des prix abordables, ce qui n’est pas toujours une mince affaire. D’autant que la saga numérique d’Angela a connu un vrai succès numérique, et qu’avec le format poche, nous avons un catalyseur auprès d’un autre lectorat. »

 De mémoire, ce partenariat semble pour le coup réellement inédit en France, et en septembre prochain sortira donc le premier livre poche, 320 pages, proposé pour 6,70 €. Le tirage ne devrait pas être inférieur à 10.000 exemplaires, bien que l’on soit encor un peu loin pour l’assurer. « J’ai surtout envie de dire que les livres d’Angela sont probablement dans la même veine que Fifty Shades of Grey, mais… en réalité ils sont bien meilleurs !  (rires) »

http://www.actualitte.com/les-maisons/satinee-et-gratinee-angela-behelle-signe-chez-j-ai-lu-41469.htm

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 avril 2013 dans Presse

 

Étiquettes : , , ,

Avenir de l’Artois

Angela Behelle, la plume de l’érotisme

417ebf167158d9db439e71dc90380d51

«Qui de nous deux?», le premier tome de la Société, a remporté un franc succès sur Internet. «Qui de nous deux?», le premier tome de la Société, a remporté un franc succès sur Internet.

Elle se cache derrière un pseudonyme, pour « préserver sa famille ». L’Auchelloise Angela Behelle se fait moins discrète dans les tops des ventes sur Internet avec ses ouvrages érotiques. Rencontre avec une écrivaine pas comme les autres.
Pouvez-vous revenir sur votre jeunesse et les souvenirs que vous pouvez avoir de l’Artois ? J’ai vécu une enfance heureuse et assez insouciante. En quittant ma région, je me suis rendu vraiment compte de ce qu’on appelle « la chaleur des gens du Nord ». Cette spontanéité ne se retrouve pas ailleurs de la même façon, sauf quand, par hasard, vous rencontrez un nordiste exilé. On échange trois mots en chti, on a subitement envie de revoir la mer et de manger un moules-frites en buvant une bière.
Comment est née cette passion pour l’écriture et la lecture ? La lecture a toujours été mon loisir préféré. Quant à l’écriture, je me souviens avoir rempli quelques cahiers de mes petites histoires. C’est venu comme ça.
Quels ont été vos premiers écrits ? Ceux de mon enfance étaient déjà des romances, je ne me suis jamais sentie capable d’imaginer un roman policier même si j’en ai dévoré en tant que lectrice. Quelqu’un qui m’a dit un jour que je n’avais qu’à oser l’érotisme. J’ai tiqué au début, puis j’ai fait un essai qui m’a définitivement convaincue. N’étant pas une fervente lectrice de romans érotiques moi-même, j’ai écrit de la manière qui m’a semblé naturelle et qui représentait le mieux ce que moi, j’aurais aimé trouvé dans un livre de ce genre. J’ai donc banni la vulgarité, certains termes trop crus et j’ai essayé de construire une véritable histoire autour de mon idée de base. Le sexe pour le sexe n’a pas beaucoup d’intérêt pour moi.
Votre « Société » se décline en plusieurs tomes. Mais que représente-t-elle réellement ? La série comptera dix tomes. L’idée de la Société m’est venue en lisant un article du Nouvel Observateur en 2003 sur les habitudes libertines de certaines personnalités. J’ai gardé en mémoire cet article et, petit à petit, le concept d’une organisation clandestine qui fournirait le plaisir sous toutes ses formes à ses membres éminents a germé dans mon imagination. La Société est le fil rouge de cette série. Chaque tome en présente un nouveau membre, une facette inconnue, un mode de fonctionnement.
Quel regard avez-vous sur votre réussite ? Le mot « réussite » est encore un peu grand pour moi. Je regarde tout ça avec pas mal d’étonnement. J’ai envoyé mon manuscrit aux éditions La Bourdonnaye sans vraiment y croire, et quand je vois l’engouement pour la littérature érotique aujourd’hui, je me dis surtout que j’ai beaucoup de chance.

Propos recueillis par Gauthier HÉNON

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 février 2013 dans Presse

 

Étiquettes : , ,

Actualitté 22 décembre 2012

Le monde de l’édition > Les maisons > Actualité

Sur les réseaux, l’auteure Angela Behelle entraîne furie et foi

Une autre conception dans la fuite des cerveaux ?

Par Clément Solym,Le samedi 22 décembre 2012 à 11:13:00

Alors que la critique sur le net se déchaîne sur le « pan-pan-cul-cul » de mamans grisonnantes made in US, E.L. James rafle 15 000 exemplaires en une après-midi. Au fond, si le sorcier pubère le plus sympathique de la littérature anglo-saxonne a craint, un temps, de se faire botter des meilleures ventes historiques, c’est surtout par l’influence énorme des réseaux sociaux.

Massacrer et consacrer sont devenus les deux piliers de la fameuse blogosphère française qui se déchire tout autant sur les phénomènes annoncés que sur les belles surprises.

Benoît de la Bourdonnaye, directeur de la maison d’édition éponyme en convient : « Angela Behelle, auteure de “Qui de nous deux ?” enflamme littéralement les blogs littéraires depuis juin 2012. Rien n’est contrôlable dans ce domaine et l’on se demande parfois si les internautes parlent bien du même livre tant les avis sont tranchés et argumentés ! »

Si, Au Boudoir écarlate, on se déchire sur ce roman érotique 100 % français entre « choc » et « révolution littéraire du présent et de la première personne », chez GoodReads ou BookNode, des réseaux sociaux tournés vers le livre, c’est l’École des Fans, car, attention, on note ! Angela Behelle surfe ainsi du zéro pointé pour « sexe sale, vulgaire, cru et violent » au tableau d’honneur « pour un roman à la plume limpide où l’érotisme atteint un paroxysme bouleversant ».

D’où sortent ces critiques littéraires d’un nouveau genre ? Si l’on se réfère au « Boulevard des Passions », elles sont majoritairement féminines et osent afficher leurs lectures érotiques sur la toile jusqu’à les projeter dans les meilleurs classements d’Amazon ; un signe supplémentaire, s’il en était besoin. La liseuse a considérablement modifié la consommation de livres.

Il suffit de s’intéresser au véritable phénomène d’Angela Behelle sur la toile pour se rendre compte que la littérature érotique a un vrai public qui veut partager ses émotions librement, parfois même violemment.

Du vent ? Certainement pas ! Benoît de la Bourdonnaye, également Directeur de la librairie en ligne Didactibook, le souligne : « Ces avis sont lus par des milliers d’internautes. Sur le premier tome de la saga, La Société d’Angela Behelle, les posts du “Boudoir écarlate” ont été consultés près de 1 500 fois en quelques semaines et “Qui de nous deux ?” reste parmi nos meilleures ventes depuis le mois de juin en littérature érotique ».

De la curiosité à l’envie, de la discrète liseuse au buzz incontrôlable sur la toile, Angela BEHELLE, auteure française qui évolue dans des décors familiers de notre société, est en train de faire passer tranquillement le « mommy porn » des States pour du « cul-cul plan-plan »…. et, sincèrement, pour nous autres Frenchies, ça fait du bien !

http://www.actualitte.com/les-maisons/sur-les-reseaux-l-auteure-angela-behelle-entraine-furie-et-foi-39115.htm

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 janvier 2013 dans Presse

 

Étiquettes : , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :